Partagez
Aller en bas
avatar
Membre de la guilde
Nombre de messages : 348
Age : 35
Serveur wow : Kirin Tor
Classe : Guerrier
Métiers : Mineur, Ingénieur
Date d'inscription : 25/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur

Les Chroniques d'Alfred Merkalor - A la poursuite de Ratata!

le Mer 5 Déc 2018 - 16:05
Pour mieux comprendre ce qui arrive à Alfred du futur en ce moment (en complément du rapport de Maêlle sur son voyage dans le vide et son retour).

Ce n'est pas un document officiel, seul les joueurs sont renseigné de ce qui se passe ici, pas les personnages. Pour le moment.

A défaut, je ferais revenir Alfred jeudi soir si tout va bien.


______________________________________________________

On ne pouvait faire plus pénible. Ratata, cet idiot, s’est visiblement laissé corrompre par les démons alors que la Légion a été vaincue. Quelle barbe ! Et nous voilà partis, fiers gnomes et engagés que nous sommes, à sa poursuite. Oh, on arrive à le capturer sans problème, l’aide de Tardormu m’aura été précieuse pour prendre le démoniste et ses démons à revers. Mais la coordination parfaite des troupes menés par Primrose et Monsifere aura fait la majorité du travail. Même Skipp s’est adapté rapidement à cette première aventure et est rentré dans les rangs sans problème.

Mais tout ceci était sans compter la perfidie de Ratata, complètement possédé, qui par une entourloupe digne de lui, a réussi à s’enfuir de la cage dans laquelle nous l’avions placé, pour ensuite partir à travers un portail du vide, en direction d’Argus, clama-t-il.
Je n’avais pas le temps de réfléchir, les gnomes parlaient d’emprunter le Vindicaar. Le temps que tout s’accorde avec les Draeneïs, le démoniste aurait eu le temps de fomenter un plan plus diabolique encore, il fallait que j’intervienne. Tout de suite ! De plus, Allifeur ou… B-072, parlait aussi d’un essai, d’un genre de portail qui pourrait éventuellement les conduire vers le vide mais… Comment pouvais-je lui faire confiance ?

Sous le regard sévère de Primrose qui me clamait de ne pas agir hâtivement, je n’écoutais que mon entêtement, et j'activai mon téléporteur longue distance, qui, avec un peu de chance, me permettrait d’atteindre Argus sans aucun problème !

Le voyage fut instantané, et la désolation qui se dessina sous mes yeux fut ma confirmation. McAree. Plus calme que lors de mon dernier passage. Les fantômes du coin semblait avoir repris contrôle de la zone, bien qu’un peu morne et triste, répétant sans cesse leurs derniers jours de vie sur cette planète détruite.

Pas de traces de démons, si ce n’est un ou deux gangrechiens, complètement paumés et affâmés. Ainsi que quelques créatures du vide, errant sans but, n’ayant plus rien à consumer sous la dent. Bon, si mes calculs étaient exacts, et ils l’étaient souvent, Ratata avaient probablement du se retrancher dans les étendues Antoréennes. Ils devaient bien rester quelques démons là bas. Quand je voyais les cratères qui me séparaient des autres zones de la planèt, je regrettais amèrement de ne pas avoir pris plus mon temps et de demander à Tardormie de m’accompagner. J’aurais pu voler par dessus tout ce bazar, utiliser sa téléportation spatio-temporelle, et tomber sur Ratata comme une fleur en attendant le gros de nos troupes. Je faisais confiance en Primrose pour nous retrouver.

Sans mon registre du futur, que j’avais décidé d’abandonner quelques semaines plus tôt, j’avançais à l’aveugle. Avant, je me laissais porter. Je ne regardais qu’après coup, mais c’était sécurisant. Maintenant, j’étais réellement maître de mon destin. Après tout, il fallait que je lui fasse un peu confiance, puisque tout avait été mis en place pour ce retour dans cette temporalité sans que je n’y fasse vraiment attention. Et si mon futur doit changer, alors… tant pis. Je ferais en sorte que cela soit pour le meilleur. La Primrose de cette époque m’avait convaincu. Cette hargne, cette flamme que je n’avais plus vu chez elle depuis des années, m’avait rappelé l’importance du moment. Cette époque était charnière. La Légion, la guerre contre Sylvanas et le pire qui arrive ensuite, ce n’était que des livres d’Histoires pour moi. Mais aujourd’hui, je les vivais. Je ne pouvais pas simplement survoler les événements. Pas après avoir vécu la chute de Teldrassil autant de fois, piégé dans cette boucle temporelle. Pas après avoir vu Primrose s’enflammer avec rage en conseil, presque à perdre pied. Je devais agir, ici et maintenant. Il fallait juste que je sois moi même. Et je pourrais aider mes alliés gnomes contre ce qui les attends. Et les aider pour le début de notre avènement. Ratata n’était que la pierre successive d’une suite d’événement ricochet qui allait nous conduire vers ce futur que je connaissais si bien. L’enquête sur la recherche de cette civilisation gnome dans laquelle j’ai osé être un acteur en était aussi une autre. L’avenir était en mouvement et se mettait doucement mais sûrement en place. Ce voyage sur Argus n’était pas inscrit dans les annales mais participait de cette histoire plus large. Il me tardait de voir notre peuple et notre civilisation s'agrandir et tendre vers celle que je connaissais et dont la Gnomes Inc sera un jour la porte parole la plus reconnue. Ce futur là ne pouvait qu’arriver.

Le voyage fut long, quelques jours Azerothien s’écoulèrent, mais j’atteignis enfin les étendues Antoréenne. Aussi dévastées, brûlantes et sordides que dans mes souvenirs. C’était à peine croyable que la planète “tienne” encore. La survie n’est pas un problème pour moi, je sais me faire à manger, je sais me défendre, et mon expérience parle pour moi. Après tout, je suis resté un certain temps compressible piégé dans le vide, je peux survivre à un petit monde de la Légion. Sachant que cette même Légion a été vaincue… Encore une fois, je trichais un peu, faisant fit des dangers de l’utilisation d’une technologie future, et j’activai ma sonde. Avec un peu de chance, le signal de la bigobox archaïque (pour moi) de Ratata allait émettre. Je pris bien soin de camoufler la mienne.

Le résultat fut probant. Antorus. Ou ses abords. Il se tenait par là bas. J’avançais prudemment, même si la discrétion n’était clairement pas mon fort. Je me posta sur un pic rocheux, j’activai mes lunettes de vision à longue distance et je le voyais. Aux prises avec des démons ? Alors cet idiot disait vrai… Il s’était fait manipulé. Quel imbécile, il ne comprendrait donc jamais qu’on ne contrôle pas un démon ! J’avais payé pour apprendre, avec ce fou de Drefal… Mais c’est une histoire pour un autre jour ça.

Ma mission de capture s’était transformé en mission de sauvetage. Et c’est sur cette pensée que je les vis. Mes amis. Primrose en tête sur son mécanotrotteur, toujours pas équipé d’un Merkalor d’ailleurs, mais cela viendra. Ils foncaient droit sur Ratata et ses ravisseurs. Bravant le terrain chaotique et les quelques démons présents avec un brio que je leur reconnaissais bien. Evitant même les gerbes de gangreflammes qui pestaient encore dans toute la zone. Ils n’avaient pas mis longtemps pour arriver. Une ou deux semaines ? Oh, oui, on apercevait encore Argus dans le ciel d’Azeroth, ce n’était donc pas si loin, mais tout de même !

Et ici, malgré toute mon expérience, toute ma prudence, je ne fis pas attention à l’essentiel. Un petit oeil démoniaque, qui m’observait dans un coin, à peine caché derrière un rocher. Alors que je m’appretai à sauter de mon surplomb, armant ma cape-parachute, pour rejoindre mes amis dans leur assaut, je ne remarqua pas non plus le molosse ailé antoréen qui me fonçait dessus et me captura de ses griffes pour s’envoler au loin vers son maître… Un des derniers Eredars encore apte à diriger et relever des troupes de la Légion… Un Eredar que j’avais bien connu par le passé, pourtant un fervant suivant de Velen qui avait réussi à s’enfuir avec lui à bord de l’Exodar et qui, avait rallié mes anciens compagnons et moi même, dans la Voie des Cendres, répondant d’une prophétie guidant les aventurier que nous étions jusqu’à Kael’Thas et jusqu’à sa chute. Jeunesse folle… Et Stellarus avait aujourd’hui rejoint les rangs de l’ennemi ? C’était impensable, mais cela expliquait sans aucun doute pourquoi je ne l’avais jamais revu… Son destin était déjà scellé et le mien avait prit une tournure des plus embarrassante.

_________________
Petit, vieux, mais toujours costaud !
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum