Gnomes Inc.

La guilde 100% gnome de World of Warcraft sur Kirin Tor...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  DocumentationDocumentation  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  FAQFAQ  Connexion  

Partagez | 
 

 "Etude des gnomes" par Laarlith Falconfire (2010)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alfred
Membre de la guilde
avatar

Nombre de messages : 323
Age : 33
Serveur wow : Kirin Tor
Classe : Guerrier
Métiers : Mineur, Ingénieur
Date d'inscription : 25/08/2010

MessageSujet: "Etude des gnomes" par Laarlith Falconfire (2010)   Lun 12 Sep 2016 - 17:24

Ci-dessous, un petit recueil que j'avais écrit à l'époque pour une guilde RP pas gnome du tout (d'ailleurs c'était chez la Horde), bien avant même que je rejoigne la Gnomes Inc. Il mériterait surement quelques mise à jours, mais il se basait avant tout sur des données extraites des recueil du jeu de rôle papier basé sur l'univers de World of Warcraft.

____

Introduction

Par bien des aspects, il est difficile de décrire ce que sont les gnomes et pourquoi cette race existe. Des énormes trous subsistent dans leur passé, ils ont aussi leur manière propre de vivre (ça on peut le dire) et bien qu'ils s'ouvrent au monde au sujet de leurs diverses inventions, il est difficile d'en apprendre plus sur ce qu'ils sont vraiment. Il est aussi facile de croire qu'eux-mêmes ont oublié leurs origines et leurs religions. Ce n'était sûrement pas aussi intéressant que la prochaine invention révolutionnaire à sortir de leurs fagots. Nous allons tout de même vous décrire brièvement les quelques informations que nous avons pu récolter sur cette race plutôt excentrique, en parlant un peu de leur histoire, de leurs manies, et tout ce qui peut être utile pour mieux les aborder.

Vieux croquis de gnome


Une toute petite histoire.

Difficile donc d'écrire un roman concernant l'histoire des gnomes, puisque cette même histoire est plutôt courte, pour ce que nous en savons. Les origines des gnomes nous échappent et ils ne semblent avoir gardé aucun document concernant leur histoire propre, ou tout du moins, des documents compréhensible et abordable pour un être dirons-nous, normal. Cependant, plusieurs rumeurs et théories courent sur leurs origines, certaines disent que ce sont les Titans qui les ont forgés, comme les nains, sauf qu'ils en ont fait au départ des êtres semblables à des machines, basé sur le fer (et non la pierre comme les nains), ce qui expliquerait aujourd'hui leurs attraits pour la mécanique. D'autres pensent qu'il s'agit simplement d'une race, qui à l'instar de celle des hommes est native d'Azeroth et descend des premiers habitants du monde, une branche de l'évolution qui comprit que la survie dépendait aussi de la capacité à se camoufler dans les hautes herbes. Une branche qui aurait donné à la fois naissance aux gnomes d'un côté, et aux gobelins de l'autre. A l'heure d'aujourd'hui, la théorie concernant les Titans semblent se confirmer, nous n'avons hélas pu enquêter plus avant sur le sujet avant la publication de ce recueil (il y aura sûrement une réédition le moment venu).

Illustration d'un gnome au travail

Les premières traces des gnomes dans l'histoire azerothienne remonte à environ 850 ans. Un gnome prénommé Erbag aurait fait partie de conseil de Tirisfal, il aurait été l'un des premiers membres de l'Ordre à accepter qu'Aegwynn (ndla : la mère de Medivh) devienne la nouvelle Gardienne. À partir de là, il n'y a aucune trace des gnomes jusqu'à seulement 200 ans. À cette même date, un explorateur nain serait tombé par hasard sur un village gnome. Il fut assez ébahi de découvrir ces petites maisons fumantes et bruyantes, ces poulets mécaniques géants, et ces robots d'alarmes haletant en tous coins. Très vite, les nains comprirent ce que les gnomes pourraient leur apporter, et c'est donc après cette rencontre fortuite, que ce petit peuple suivit cet autre petit peuple (un peu moins petit cependant), jusqu'en Dun Morogh. Les nains leur offrirent un coin de montagne pour qu'ils puissent y bâtir leur propre cité, Gnomeregan.


Entrée de Gnomeregan

Les témoignages récoltés auprès des plus vieux gnomes, ceux qui ont connu cette époque mouvementée, parlent le plus souvent d'avancées technologiques sans précédents. Les gnomes ont développé l'industrie naine, mais les nains ont développé l'imagination gnome. Ils avaient maintenant beaucoup de "bidules" à inventer et à construire pour des raisons très précises, ce qui allait bien au delà de leurs espérances. Quant à la construction de la cité elle-même, les gnomes en parlent bien souvent avec des yeux brillants et une fierté débordante, ce qui explique entre autres pourquoi ils s'acharnent tant à vouloir la récupérer. C'est un passage tellement important de leur vie qu'ils en ont oublié leurs habitations d'avant... Même si d'après les témoignages nains, cela ressemblait à vrai dire à ce que l'on peut voir devant la cité de Gnomeregan elle-même. A noter tout de même que dans certains recoins isolé d'Azeroth, on peut tomber sur une maison gnome ou deux.

Habitation gnome typique

Suite à leur rapprochement avec les nains, certains gnomes se sont pris de passions pour l'aventure et la découverte (bien que cette passion explosât vraiment après la troisième guerre, ou plutôt, après la chute de Gnomeregan). Ils commencèrent à développer un commerce déjà bien encombré par les gobelins. C'est à peu près à cette même époque que ces deux races sont donc devenues rivales. Le but n'était pas de faire une grande invention toute neuve, mais une meilleure invention que celle des autres en face. La populace gnome a connu une première division à cette période-là, d'un côté il y avait ceux préférant le profit, et d'autres, plus conservateur, préférant l'avancée technologique pour le confort personnel. Deux visions totalement radicales et opposées mais qui ont malgré tout eu leurs importances lors de la seconde guerre. Car les gnomes sont entrés de plain-pied dans cette bataille, fournissant à l'alliance le matériel nécessaire pour se battre et les aidant volontairement dans la fabrication de véhicules de combats. Certains mêmes se lancèrent sur le champ de bataille dans des machines volantes ou des sous-marins armés jusqu'aux dents. C'était aussi en quelques sortes une guerre technologique entre les gnomes et les gobelins. Nombreux alliés ravalent leur fierté et osent dirent que sans les gnomes, la bataille aurait connu un tournant sans doute un peu plus désastreux.

Avion de combat gnome

Puis vint la troisième guerre, et à la frustration et l'indignement de tous, les gnomes se firent remarquer par leur absence. En effet, à la même période que les hostilités commençaient contre le Fléau, les gnomes se sont retirés brutalement des armées pour se cloîtrer dans leur cité, sans donner aucune explication, ce qui même encore aujourd'hui, leur vaut pas mal de reproches. La vérité, c'est que leur cité connue plusieurs catastrophes successives, qui n'en formait en vérité qu'une seule. Une percée de troggs, innombrables et infinis, ébranla la cité dans ses profondeurs, et les gnomes n'eurent d'autres choix que de tout donner pour retenir l'invasion. De leurs dires, ils ne voulurent pas inquiéter leurs alliés qui étaient parti en croisade contre le Fléau et la Légion, et préférèrent se sortir eux-mêmes de ce mauvais pas. Seulement, cela ne suffit pas. Les troggs se firent de plus en plus nombreux et les gnomes connurent de plus en plus de pertes. La suite est assez terrible, et c'est ce que beaucoup appellent "le retour de la bombe rebondissante". Cette partie de l'histoire est elle-même encrée de suspicions et de controverses. Thermojoncteur, Mekgénieur et grand conseillé de Mekkanivelle (lui-même Grand bricoleur et donc commandant élu des gnomes), a soufflé à ce dernier l'idée de faire exploser une bombe à radiation au sein même de la cité, quitte à sacrifier quelques vies gnomes pour le bien du reste de la communauté. Choix crucial et délicat que Mekkanivelle prit. Malheureusement, et ceci contre toute attente, les troggs résistèrent à l'attaque et en sortirent même renforcés tandis que plus de la moitié de la population gnome périe lors de l'attaque. Nombreux gnomes devinrent ce qu'on appelle des gnomes lépreux, complètement fous et sans âme, ils divaguent dans la cité attaquant à vue tout ce qu'ils pensent être des troggs, cela inclus même des gnomes sains. Cette maladie est causée par une inhalation trop forte des gazes laissées par la bombe radioactive. Les gnomes purent se retrancher dans ce qu'on appelle aujourd'hui la Zone propre, dernier bastion de résistance au sein de la cité.


La Zone Propre de Gnomeregan, dernier bastion de résistance au sein même de la cité.

Cette bataille fut un terrible échec pour eux. Les rumeurs, plus ou moins vérifiées par la folie actuelle de Thermojoncteur, prétendent que ce dernier aurait dans un premier temps eu connaissance de l'attaque des troggs sur la cité bien avant que cela se produise (même si c'est difficile d'imaginer une telle chose), et il aurait volontairement soumis l'idée de la bombe à Mekkanivelle simplement pour le discrédité et usurper sa place. Ce gnome était fortement connu pour son ambition et était plus ou moins destiné à être le Grand ingénieur de son temps. Malheureusement, le conseil des ingénieurs, au vue de cette ambition bien trop débordante, en a décidé autrement et nommèrent son meilleur ami, Mekkanivelle, à sa place. Thermojoncteur aurait gardé cette rancune en lui et aurait fait en sorte que cette tragédie se produise simplement pour le servir. Le fait qu'il ait été lui-même soumis aux radiations est assez paradoxal avec cette théorie, mais encore une fois, ces détracteurs pensent qu'ils se seraient caché en attendant justement la fin des radiations pour être le moins touché possible et ainsi régner d'une main de fer sur Gnomeregan. De toutes les façons, c'est bien ce qu'il fait aujourd'hui et les gnomes le considèrent réellement comme responsable de la catastrophe.


Mekgénieur Thermojoncteur non épargné par la lèpre.

À la fin de la troisième guerre, les nains, les meilleurs alliés des gnomes, comprirent pourquoi ces derniers étaient parti si brusquement. Ils envoyèrent un convoi de nain pour escorter un maximum de survivant hors de la cité maudite. Le Grand Bricoleur Gelbin Mekkanivelle en faisait partie, bien que blessé. Les nains leur offrirent une place dans leur grande Forgefer, depuis laquelle le Grand Bricoleur ne cessent d'échafauder des plans avec ces alliés pour reconquérir sa cité perdue.

Brikabrok, nouveau lieu de résidence des gnomes au sein de Forgefer.

Depuis lors, les gnomes se dispersent un peu plus dans le monde, en Azeroth et même jusqu'en Outreterre. Certaines communautés particulières se sont formé, d'autre gnomes ont pris leur indépendance, et nombreux encore sont parti à l'aventure, oubliant quelque peu leur chère Gnomeregan. Ainsi on peut voir des personnalités gnomes complètement indépendante des Exilés de Gnomeregan comme le fameux Silvas Sombrelune et sa foire ambulante, ou bien encore l'ingénieur Toshley qui s'est installé dans les Tranchantes pour y mener quelques expériences.

Une culture bien ancrée

Quoi qu'on en dise, un gnome est un gnome. Difficile de ne pas tomber dans la généralité quand on parle de cette race. Ces êtres sont communément connus pour être des personnes joviales et au cœur très ouverts, ceci explique par exemple leur entente si cordiale avec les nains et cette amitié qui s'est installé si rapidement entre les deux peuples. Évidemment, rien n'est jamais tout noir, blanc, ou ici en l'occurrence... rose. Thermojoncteur est un bon exemple, les gnomes sont aussi capables d'égocentricité et de besoin incessant de pouvoirs. Mais on ne peut que noter cette généralité redondante, les gnomes participent de bon cœur à toutes batailles comme à toutes beuveries et s'impliquent même de force auprès de l'alliance (sauf quand ils ont des cités à défendre donc).

Les gnomes ne croient à priori en rien, sauf en l'ingénierie et la magie. Ils ont des dieux, des croyances, mais ils considèrent que c'est une perte de temps de s'y pencher. En ce qui les concerne, il est bien plus préférable d'apporter une invention révolutionnaire au monde que de prier un dieu quelconque qui ne vous entend sûrement qu'à moitié, voir pas du tout. Ils n'ont pas non plus de précepte ou d'idéaux, tout ce qu'ils veulent, c'est apporter une contribution réelle et non négligeable sur ce monde et optent pour l'ingénierie qui est selon eux, la meilleure façon de contribuer à tous les domaines en même temps. Cela ne veut pas dire, bien entendu qu'ils ne respectent pas les dévots, les paladins, ou assimilés, et ils ont conscience que des personnes comme eux sont nécessaire au bon fonctionnement de notre monde, du moins, sur un champ de bataille, mais ils n'ont généralement pas la patience de s'y pencher ni l'envie tout simplement, alors ils laissent préférentiellement cette tâche à d'autres. Encore une fois, il est là aussi très facile de tomber dans la généralité et même si c'est très rare, il existe vraisemblablement des gnomes qui se tourne vers un culte en particulier, ou un dieu, certain ont même des capacités de soigneurs. A ce sujet, il est fort de noter que la plupart des soigneurs gnomes actifs et connus sont affectés à la zone propre de Gnomeregan, là où l'on a vraiment besoin d'eux, pour ainsi aider les rescapé qui ne cessent, même aujourd'hui encore, d'apparaître. Mais en parcourant ce monde, nous ne pouvons nous empêcher de voir, que comme toutes les autres races, certains gnomes sont sujets à suivre des groupuscules peu recommandables, ainsi on dénote un bon nombre de gnomes faisant partie du Conseil des ombres, entre autres. La tendance inverse est tout aussi vraie. Les gnomes, de par leur curiosité naturelle pour les choses, même si ils sélectionnent relativement vite ce qui les intéressent ou non, sont amenés très souvent à se mêler au monde et donc à participer à des hauts faits reconnus (outre la seconde guerre) de manière plus personnelle. On parlerait même d'un gnome paladin, le premier selon toute vraisemblance, qui aurait entrepris un long pèlerinage vers Northshire pour y suivre les enseignements et les préceptes de la Lumière. Et de plus en plus aujourd'hui, des histoires épatantes de gnomes visiblement "exceptionnels" ou peu communs dirons-nous, font état de gnomes valeureux et brillants, à égale hauteur d'homme, d'orc ou toutes autres races. Une chose est sûre, c'est que les gnomes sont aujourd'hui bien plus confrontés au monde extérieur qu'ils ne l'étaient par le passé et sont donc partis pour changer du tout au tout, ou du moins... en grande partie, même si une grande ligne reste et ne bougera probablement jamais : les gnomes sont des inventeurs chevronnés.

Robot gnome de maintenance.


Machine de terrain gnome.

Au-delà de tous cultes ou religions, les gnomes basent leur mode de vie sur une seule chose, ou plus certainement, un seul métier : l'ingénierie. Voici comment fonctionnent leur hiérarchie pour que cela soit décrit de façon plus claire; les gnomes mesurent leurs grandeurs et leurs importances sur des faits incontestables, la qualité de leurs inventions. Toute cette hiérarchie est en vérité assez complexe pour un non-initié, mais nous allons résumer le plus important et passer outre les détails sur les petites échelles sociales. On dénote tout d'abord, les gnomes lambdas, ceux qui n'inventent pas, ou qui ne pratique l'ingénierie que comme loisirs, ceux-là n'espéreront pas avoir la chance d'être nommé à un poste à hautes responsabilités. On prend aussi note des apprentis ingénieurs, qui jusqu'à leur majorité (40 ans) ne vont de cesse de travailler pour trouver l'invention de leur vie, celle pour laquelle ils changeront de noms. Ces gnomes font la fierté de leurs parents et sont considérés comme les gnomes de demain, leur suivi est très important pour les gnomes de haut rang. Bien plus haut, après les ingénieurs passés dans l'oubli, et ceux qui sont considérés comme fou ou dangereux (il y en a, aussi absurde que cela puisse paraître), ainsi que les techniciens confirmés ou autres travailleurs se confondant les uns les autres (vous aurez compris, c'est là que s'installe le doute quant au fonctionnement de leur hiérarchie), on dénote le conseil des ingénieurs. Ces ingénieurs-là, c'est à priori la crème des crèmes, on ne peut pas les renier ou les rejeter, et ils se mélangent aujourd'hui aux mages les plus efficaces (nous reviendrons aussi sur leur rapport avec les arcanes plus bas). Tout en haut de l'échelle se trouve donc le Grand Artisan, ou le Grand Bricoleur, élu par ce même conseil des ingénieurs. On le compare très souvent à un Roi, ce qui est une erreur en vérité. Ce gnome a des responsabilités, mais il ne dirige pas à proprement dit le peuple gnome. Il a plus un rôle de grand intendant qu'un rôle de souverain. À noter donc qu'il peut lui même nommer un conseillé particulier.

Gelbin Mekkanivelle, le Grand Bricoleur des Exilés de Gnomeregan. Il n'a pas l'allure d'un roi.

Les noms de famille des gnomes découlent directement de cette culture de l'ingénierie. À leur naissance, les gnomes reçoivent le nom de famille d'un de leurs ancêtres. Le plus couramment, il s'agit du nom des parents. Ce nom correspond en général (sauf quelques exceptions) à une invention célèbre de cette même famille. Comme dit plus haut, à hauteur de leur majorité (ou environ), les apprentis ingénieurs gnome reçoivent le nom de leur meilleure invention, reconnue généralement par le conseil des ingénieurs comme étant validé. Dans quelques cas particuliers, ces noms (que les gnomes choisissent donc eux-mêmes) peuvent être symbolique et représentent tout simplement ce à quoi ils aspirent, en dehors du cadre de l'ingénierie. Par exemple, c'est le cas du célèbre gnome retrouvé il y a peu, au sein de l'Arcatraz : Milhouse Tempête-de-Mana.
Voici quelques exemples de noms gnomes classiques :
- Mekkanivelle
- Tournepignon
- Cléventail

Une petite note à rajouter sur le fonctionnement des gnomes, toujours en rapport avec l'ingénierie. Ce fait a été établit par Brann Barbe-de-Bronze (dont les écrits ont été une forte inspiration pour ce même recueil). Les gnomes fonctionnent très souvent par paire. On en voit rarement un seul, et ceci se reflète relativement bien dans leurs travaux. Un ingénieur pose de grandes idées farfelues tandis que l'autre réfrène un peu son confrère et lui oblige à rester plus réaliste. Une des meilleures inventions à ce jour reflétant bien ce bon fonctionnement par paire est le tram des profondeurs dont les schémas et la direction de la construction sont l'œuvre de deux gnomes.

Les gnomes fonctionnent souvent par deux.

Dernier point concernant le blason des Exilés de Gnomeregan, comme un coup de marteau enfonçant un peu plus le clou sur ce qu'ils sont : l'icône de la technologie. Nous vous laissons observer l'illustration ci-dessous qui parle d'elle-même.

Icône de la technologie.


La magie, un bon complément.

Les gnomes, bien que n'étant pas assez dévots pour avoir accès aux magies de la Lumière (malgré les quelques exceptions), sont par contre parfaitement aptes, grâce à leur ouverture d'esprit et leur intelligence, à étudier les arcanes et la magie de l'ombre. Par conséquent, il n'est pas rare de voir des gnomes mages ou démonistes. Leur rapport à la magie peut-être comparé avec leur rapport à l'ingénierie. C'est toujours dans l'optique de se simplifier la vie que les gnomes s'y intéressent. Un bon sort de lévitation par exemple évite l'utilisation encombrante d'une échelle. Pour les démonistes, le familier est parfait pour faire toutes les taches ingrates de la maison à l'instar d'un robot. La magie est pour eux, avant tout une manière d'aborder le monde de façon pratique. En tombant encore dans la généralité, les gnomes ne sont pas du genre à chercher la magie pour le pouvoir, ils étudient les arcanes comme ils étudieraient un schéma, d'ailleurs, c'est d'autant plus vrai que bon nombre de ces gnomes mêlent magie et ingénierie dans leur invention. Ils pensent d'ailleurs que tout est réalisable à partir de ses deux outils.

Malgré tout, il ne faut pas prendre les gnomes magiciens à la légère. Leur pouvoir n'est pas à remettre en cause, preuve étant la présence des gnomes dans l'Ordre de Tirisfal depuis des centaines d'années. Ce fait est d'ailleurs parfaitement étonnant puisque rien ne relate vraiment dans l'histoire comment les gnomes ont pu avoir accès à cet Ordre et comment l'Ordre lui-même a-t-il pu connaître l'existence des gnomes, alors que les nains les ont rencontré il y a seulement deux cents ans. Ceci laisse à penser que leur rapport avec la magie est bien plus important qu'il n'y parait. De toutes les façons, personne sur un champ de bataille n'osera prétendre haut et fort que les gnomes sont de piètres magiciens.

Certains se posent, et ceci à juste titre, la question sur l'existence de gnomes démonistes. Pourquoi ces êtres a priori sympathiques et non attirés par le pouvoir s'intéressent-ils à cette forme de magie ? Le fait est que comme plus ou moins expliqué plus haut, les gnomes ne font pas vraiment la différence entre une école de magie ou un autre. La magie est traité de façon globale, c'est un outil, un point c'est tout. De par ce fait, ils sont donc moins corruptible que les autres races par le pouvoir de la démonologie. Ils vont appeler leurs démons comme ils mettraient en marche un robot et lance des traits d'ombre comme ils mettraient en route un Rayon Destructeur Gnome™. Ils ne se soucient aucunement de la source de cette magie, bien qu'ils l'aient parfaitement étudié pour pouvoir l'appliquer tous les jours. Les démonistes qui nous lisent pourrait se sentir blessé par de tels propos sur la démonologie, mais sachez juste que nous soulevons ce point par rapport aux questionnements globaux que l'on se pose sur la race des gnomes. Les démonistes qui ne sont pas gnomes ne sont pas tous corrompus mais tout un chacun sait qu'il est dangereux de manipuler ce genre de magie. Les gnomes sont donc en quelques sortes immunisées à la corruption (ou presque).


Leur relations avec les autres races.

Nous l'avons déjà dit, cela fait aussi partie de leur histoire, mais les gnomes et les nains sont comme cul et chemise. Pardonnez-nous cette expression mais il est difficilement pensable de voir les nains rentrer dans une bataille sans les gnomes derrières. Il est facile de rappeler l'incident de la troisième guerre, mais on ne peut que constater que leurs ententes perdurent encore et toujours. Le roi Magni voue un profond respect pour cette race et c'est sans condition qu'il a accueilli les gnomes dans sa cité. Il estime de toutes les façons que c'était un service du et non le contraire par rapport à ce que tous les gnomes ont fait pour eux, l'apport de leur technologie en tête. Les gnomes sont reconnus comme une race parfaitement amicale et sont aussi des bons vivants, ce qui ne pouvait que fonctionner avec les nains.

Leur rapport avec les elfes sont un peu plus restreint. Bien que ces derniers tolèrent les gnomes, ils s'en sont longtemps méfier pour leur attrait envers les arcanes. Les gnomes, de leur côté, considèrent que d'un point de vue technologique les elfes (tout comme les taurens) sont un peu rustiques selon leurs propres normes. Ils pensent qu'ils peuvent apporter beaucoup à ce peuple. Mais il n'y a aucune convention de formée à ce propos.

Au niveau de l'Alliance, c'est avec les humains que leurs relations sont plus difficiles. Ces derniers continuent de leur reprocher leur absence lors de la troisième guerre. Ils estiment qu'ils auraient dû les prévenir. Selon eux, ils les auraient assistés à libérer Gnomeregan pour permettre par la suite qu'ils puissent les rejoindre dans la guerre contre la Légion. Les gnomes ne sont que peu contrariés par cette réaction et continuent de servir l'Alliance du mieux qu'ils le peuvent.

Ils ne connaissent pas encore très bien les Draeneis qui eux-mêmes, se sont beaucoup méfié d'eux lors de leur arrivée sur Azeroth. Mais il est fort à parié que ces petits êtres s'intéressent déjà à la technologie que les pilotes de l'Exodar ont emmené avec eux. Nous ne savons pas si des délégations gnomes se sont rendu sur place à l'heure actuelle, mais c'est sans doute fort probable.

D'une manière générale, les gnomes ne sont pas hostiles avec la Horde et pardonnent officiellement aux orcs leur brutalité passé. Ils ne sont pas du genre rancunier et pensent très sincèrement que Thrall est quelqu'un de respectable. Il n'y a qu'avec les Réprouvés qu'ils pourraient avoir un peu de mal, de par ce qu'ils représentent. Mais ils se sont rapidement fait à l'idée de leur existence et n'en sont pas franchement affectés. Pour les elfes de sang, ils n'ont pas une assez bonne connaissance de l'histoire d'Azeroth pour les détester. Ce sont des magiciens, et ils les considèrent comme tels sans se poser plus de questions.

La seule race avec qui les gnomes pourraient avoir des problèmes, c'est bien évidemment celle des gobelins. Encore une fois, cela dépend des individus, nombreux gnomes les tolèrent et il y a deux discours quant à l'intérêt de faire ami ami avec les gobelins. C'est avant tout une histoire "d'école" dans le domaine de l'ingénierie. La tendance "artillerie lourde" des gobelins à tendance à agacer les gnomes, ils considèrent leur ingénierie dangereuse et pensent avant tout qu'il s'agit là d'une surenchère plus qu'un véritable atout à la technologie.

Gobographie d'un gobelin. Cela n'aurait pas pu être une gnomographie.


Caractéristiques raciales :

Les gnomes sont des êtres particulièrement petits, même si selon leurs critères, ce sont tous les autres qui sont bien trop grands. Mais cela n'est pas forcément un désavantage. Leur agilité par exemple n'en est que renforcée. Il n'y a personne de meilleur qu'un gnome pour se sortir d'un filet par exemple. Leur force n'est certes pas comparable à celle d'un tauren, mais ils n'en démordent pas et sont capables malgré tout de surprendre. Il existe d'ailleurs un proverbe nain plutôt révélateur de la crainte que peut inspirer les gnomes, selon toute proportion gardée : "Il ne faut jamais provoquer un gnome en colère car on ne sait pas à quel endroit ils peuvent vous cogner". L'adage des guerriers et des voleurs gnomes.
Leur meilleur atout reste cependant leur intelligence, seuls des êtres aussi fous et malins qu'eux peuvent construirent tant de bidules bourdonnants et autres inventions farfelues capable du pire comme du meilleur. Et cela les aides bien évidemment à maîtriser la magie au mieux.

D'un point de vue espérance de vie, les gnomes ne sont pas les plus mal lotis. Ils peuvent vivre dans l'aisance jusqu'à 500 ans et plus. Voici un découpage par tranche d'âge tiré du recueil de Brann Barbe-de-Bronze :
- Age adulte : 40 ans
- Agé : 100 ans
- Vieux : 150 ans
- Vénérable : 200 ans
- Maximum : 500 ans

Voici toujours tiré du même recueil les caractéristiques physiques d'un gnome :
Taille des males : 90 cm
Poids des males : 18 kg
Taille des femelles : 65 cm
Poids des femelles : 16 kg

Deux femelles gnomes sur un mécanotrotteur, la place est étudiée pour !


Pour conclure...

Les gnomes sont petits, mais continuent de faire parler d'eux. Leur histoire se dévoile à nous petit à petit et ces êtres n'ont de cesse de nous étonner. De nombreuses questions sommeillent pourtant encore sur leur histoire. Nous savons qu'ils se sont vraiment mêlés au monde quand les nains les ont invité en Dun Morogh, mais nous savons pourtant qu'ils avaient déjà connaissance de notre existence bien avant celà (voir le passage sur Erbag). Que s'est-il passé à l'époque ? Pourquoi avoir décidé de nous rejoindre que si tard ? Quels étaient vraiment leurs rapports avec le reste du monde ? Les réponses viendront sûrement tôt ou tard.
Une chose reste pourtant évidente, les gnomes ont longtemps était très casanier ce qui est en contradiction avec leur sympathie et leur ouverture d'esprit. Nous estimons qu'ils n'ont jamais vraiment pris le temps de s'intéresser au monde extérieur car ils avaient trop de choses à inventer. Mais la perte de leur cité les pousse à sortir de leurs ateliers, et finalement, nous sentons que les gnomes commencent eux aussi à changer, ils abordent le monde d'une manière neuve, qui certes continue de leur être propre. Peut-être est-ce pour eux, un mal pour un bien.


- Extrait tiré du livre "Le petit recueil illustré des races d'Azeroth et d'Outreterre" par Laarlith Falconfire -

_________________
Petit, vieux, mais toujours costaud !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
"Etude des gnomes" par Laarlith Falconfire (2010)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LEGO] Catalogue consommateur LEGO 2010
» Eur'open Bowl 16 et 17 octobre 2010 Anglet (64)
» DRAGON'S CUP 2010 [100 joueurs attendus]
» Euromilitaire 2010 Folkestone
» Programme des tournois Wakfu TCG Septembre 2010 – Février 20

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gnomes Inc. :: Bibliothèque - Jeux de rôle :: Histoires-
Sauter vers: