Gnomes Inc.

La guilde 100% gnome de World of Warcraft sur Kirin Tor...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  DocumentationDocumentation  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  FAQFAQ  Connexion  

Partagez | 
 

 Cataclysme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alfred
Membre de la guilde
avatar

Nombre de messages : 325
Age : 33
Serveur wow : Kirin Tor
Classe : Guerrier
Métiers : Mineur, Ingénieur
Date d'inscription : 25/08/2010

MessageSujet: Cataclysme   Ven 26 Nov 2010 - 23:07

Un retournement de situation...


Maêlle allait s’impatienter. Faire un crochet par Hurlevent allait sans aucun doute lui valoir quelques remontrances et agitations. Sa soeur était à cran en ce moment. Il avait du mal à déterminer l’élément déclencheur... était-ce de sa faute ? A trop vouloir en faire, à la surprotéger ? Cette affaire avec la Gnomes Inc l’avait un peu déstabilisée. La rencontre à la réunion c’était plutôt bien passé mais, peut-être ne se sentait-elle pas encore disposée à rejoindre une nouvelle communauté après tout...
Elle ne lui parlait pas beaucoup de ces considérations à elle il faut dire... Les derniers mois avaient été très dur, et elle a passé la majeur partie de son temps à prendre soin de lui, l’aider à faire le deuil de Faëlnor. Un soupçon de culpabilité venait assaillir Alfred. Avait-il était juste ? Ce qu’elle avait elle même traversé deux ans plus tôt était pourtant une affaire similaire... Est-ce qu’il s’était montré aussi présent et fort avec elle qu’elle ne l’était avec lui en ce moment ? Et de la patience, elle en avait eu à revendre, alors peut-être qu’à présent, maintenant qu’il se reprenait en main, avait-elle besoin de relâcher tout ce poids ? Il allait avoir une sérieuse discussion avec elle.
Avant cela, il devait passer prendre quelques affaires supplémentaires en ville auprès de Maurisse et se préparer à partir pour Darnassus pour y arriver au petit matin... ou un peu plus tard du coup.

Il finit de s’habiller et descendit dans la galerie principale de Forgefer, direction le tram des profondeurs. La ville continuait d’être agitée, à toutes heures, à la vue des récents évènements qui avaient secoué Azeroth. Ces attaques d’élémentaires n’étaient pas à prendre à la légère. De plus, les tremblements n’avaient pas cessé de la soirée précédente et on entendait encore quelques nains s’afférer à colmater des pilliers capricieux. Ca ne sentait pas bon. On était pourtant encore au beau milieu de la nuit ce qui n’empêchait pas les gardes d’être sur le qui-vive. Le tram des profondeurs était encore calme à cette heure, ce qui serait l’inverse quelques heures plus tard...
4h du matin et de grosses secousses plus tard, atténuées par les mouvement du tram, il arriva à Hurlevent, réveilla un Maurisse bougonnant car couché depuis une heure à peine (y’a pas d’heure pour faire du profit), ce qui ne changeait guère de d’habitude et ce dernier alla lui ouvrir ses coffres personnelles. La banque était en plein travaux de rénovation. Maurisse s’en plaignait d’ailleurs largement depuis le temps que cela durait, il prétendait que cela ne rendrait pas les choses plus fonctionnelles et que cette bonne vielle file d’attente faisait son oeuvre à la perfection. Des jérémiades qui dépassait un peu le guerrier... Il voulu adoucir le banquier en lui exposant que ses conditions de travaille s’en trouveraient améliorées, ce qu’il aurait évité de faire si il avait su que Maurisse se plaindrait de plus belle. Ils étaient amis depuis longtemps maintenant, mais Alfred ne pouvait s’empêcher de lui trouver un coté un peu trop gobelin et désagréable. Sauf que ce gobelin-ci l’aidait à promouvoir le merkalor, le moteur à eau de son père. Il lui devait beaucoup, c'était d'ailleurs sa principale source de revenue.
Ayant rassemblé tout ce dont il avait besoin, à savoir sacs, câbles, fils et autres ustensiles nécessaire à tout bon déménagement, Maurisse lui souffla qu’il avait aperçu Primrose et Orefinger en fin de soirée qui se dirigeait vers le parc de la ville. Cela faisait plus de deux heures de ça... Après tout, qui ne tentait rien à rien, Alfred se rendit au parc dans l'espoir de trouver Primrose qui l'aiderait à joindre Darnassus en un temps record, il arriverait même plus tôt que prévu !

Le parc était vide, hormis deux trois sectateurs en quête d'âme en perdition. Alfred les renia, fit le tour et … eut très chaud. Il leva les yeux machinalement, le ciel voyait rouge et l'air était suffocant. Une ombre planait sur la ville, indescriptible de sa position. Des cris s'élevèrent et se propagèrent dans la ville comme un feu sur une trainée de poudre menant directement à la poudrière. L'explosion ne fut pas des moindres, puisqu'on entendit un rugissement terrible écrasant tout les autres sons dans son sillage, comme de vulgaire insectes sur les murs. Là... ça craignait vraiment. Alfred s'arma et commença à se diriger vers la sortie du parc. Il commença seulement.... Le sol se retourna.


Des douleurs le réveillèrent. L'odeur de crâmé ne vint qu'après coup. Premier constat, ce n'était pas lui qui était en feu, mais à peu près tout ce qui l'entourait. En dehors du filet d'eau dans lequel il baignait, sans doute ce qui restait du Puits de Lune du parc. Enfin... peut-être. Après tout, ce qui l'entourait ne ressemblait pas vraiment à un parc. A vrai dire, ça ressemblait plutôt à un agglomérat de bâtiment en bouillie. A bien y réfléchir, il voyait plus de bâtiment en bouillie que de lumière, si ce n'est celle des braises. Par contre, le ciel était curieusement absent, comme calcaire. Il sentait l'air passer sur son visage, il était encore un peu brûlant, mais c'était un début. Il se rele... Ha. Il ne se releva pas. Ses jambes étaient lègerement empêtrait dans la bouillie. Quoique le terme bouillie n'était plus très approprié pour ces masses de pierre qui lui recouvrait le bas du corps. Il fit un calcul rapide dans sa tête. 4,76% de chance qu'un gnome, de par sa taille et sa corpulence, se retrouve à moitié coincé sous des décombres. Hum... on pouvait rajouter quelques 2% pour le support de son armure mais … ça restait maigre. Il remercierait le sort plus tard, dans quel sens, il y réfléchirait.
Il résuma la situation … ensevelit, les cheveux roussis (constat sur le tas), suffocation avancée à cause de l'air ambiant, trempé jusqu'aux os, sonné, faible... Il avait eu des instant meilleurs, et même quand il s'était retrouvé enfermé dans les bas fonds du sanctuaire aux serpents... brrr, c'était n'importe quoi à y repenser. Mais c'était pas vraiment le moment non plus d'y repenser. Il modifia le mode de vision de ses lunettes, pour essayer d'y voir un peu plus clair au sens propre. Son packetage était pas très loin. Un petit effort non sans peine lui permis de l'atteindre. Evidemment, il était trempe lui aussi. Son premier réflexe fut d'en sortir sa Merkabox™. Une simple bigobox comme les autres, mais c'était la sienne quoi. L'eau lui avait pas plus, les protections avaient sauté et la plupart des composants utiles, comme ceux qui permettent d'émettre des sons audibles, avaient légèrement souffert.

Bien... faisons de nouveau un calcul sur la probabilité des évènements à l'oeuvre qui ont conduit à sa situation. Si on regarde les évènements passés, on zappe les visions délirantes et on se concentre sur le concret... les tremblements, les sectateurs tarés, les élémentaires... un parc qui se retourne... bon... même si la légende voulait nous faire croire que les bâtiments qui entouraient le parc étaient vide, Alfred doutait très largement d'être le seul dans sa situation, vu l'impact que ça avait du avoir, peu importe la raison de cet impact. Pour peu que cela soit une attaque organisé des élémentaires, en plus violent que précédemment, on peut admettre que des choses similaires sont arrivé ailleurs... au moins à Forgefer ? Plus la variable aléatoire de rigueur... qu'est-ce que celà laissait supposer ? Une seule réponse viable à cette analyse :
"Je suis dans la merde..."

______

HRP
Je vous invite, si le coeur vous en dis, à venir ici partager les heures "pendant" le cataclysme vu par votre personnage.
Je m'excuse auprès de Primrose et Orefinger pour l'utilisation "abusive" de leur personnage. Je me suis basé sur les dires du topics "cata-clisme" pour prétendre que vous avez croisé Maurisse à Hurlevent, ce qui est faux en jeu bien entendu... Après... Maurisse peut avoir complètement déliré ! Le surmenage, ça fait halluciner parfois. :p
En espérant que l'exercice vous inspire !




_________________
Petit, vieux, mais toujours costaud !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
altao
Membre
avatar

Nombre de messages : 125
Serveur wow : kirin thor
Classe : Berserker
Métiers : mineur forgeron
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: Cataclysme   Sam 27 Nov 2010 - 23:32

Le port de Hurlevent, fier de ses lions de pierre et de sa grandeur tel son roi. Tandis que les dockers de nuit s'affairaient à leurs tâches quotidiennes, trois petites silhouetes, débarquant du navire arrivant de Norfendre, marchaient d'un pas serein sur les pontons avec l'idée de se trouver une auberge pour se rassasier et s' reposer.
Le vent souleva le capuchon de l'un d'eux laissant mettre à nu un visage de cheveux hirsutes brun et d'une longue barbe de la même couleur. Galidrel pestant de ce vent réenmitouffla son visage sous sa capuche. " Maudit vent. On quitte le vent froid et gelé du Norfendre, pour traverser une mer déchainé et revenir ici pour retrouver le vent. Je me demande si l'un de vous deux ne s'est pas dit qu'il allait emmener un souvenir..." La silhouete à sa droite tourna la tête vers lui laissant entrevoir des yeux glacés. "Gali, il ne fait pas si froid que ça". Ce à quoi le troisième tout à gauche répliqua en éclatant de rire : " Ma fille, je comprends Galidrel, je ne sens plus mes divines moustaches. On n'a pas non plus ta robustesse Décibell. Je donnerai cher pour un bon feu de cheminée, une bonne table et un bon repas et connaissant mon ami, il est tout à fait d'accord avec moi."
"Absolument d'accord avec toi" répliqua Galidrel.

Arrivant dans la vieille ville, tout à coup Galidrel s'arreta, l'air soupconneux : "Vous ne trouvez pas qu'il émane une ambiance tendue dans les rues? Ces gens regroupés autour de ces...Des sectacteurs? Dans Hurlevent? "
Altao regarda alors son ami coyant une plaisanterie de sa part puis devant son air sérieux, balaya la rue du regard. Ses yeux moins perçants que Galidrel, il mis plus de temps à comprendre de quoi il en retournait. D'étranges individus tout en robe sombre arranguaient une foule angoissée de paroles de terreurs, de souffrances et de mort futures. Un sentiment de panique règnait.
Décibell se tournant vers Galidrel, lui dit alors : "On se trouve à quelques patés du SI:7, nous pourrions nous arreter par là bas pour demander quelques compléments d'informations? "
Galidrel aquieçant demanda au vieux guerrier s'il désirait les accompagner ce à quoi celui ci refusa prétexant qu'il irait d'arrangueurs en arrangueurs pour tenter de comprendre de quoi il en retournait.

Galidrel emboitait le pas de Décibell et marchait vivement : "tout de même, on ne s'absente que quelques mois et étrangement, on revient et tout est bizarre. J'espère qu'au siège, il sauront nous éclaircir". Arrivant devant le SI:7, Décibell remarqua des sacs empliés les uns sur les autres tels un rempart. N'osant se tourner vers son ami, elle devina tout de même son inquiétude grandissante. Il pénètrèrent dans le baraquement et demandèrent une audience avec Mathias Shaw. Malheureusement celui-ci en réunion avec les officiers et le roi de Hurlevent, ils durent repartir. En arrivant dans la cour d'entrainement. Ils croisèrent Jief, un autre gnome de la Fondation préparant un paquetage et un éventuel départ. "Jief" l'interpella Galidrel, "que se passe t-il? "
Jief tournant la tête et découvrant son ami lui repondit alors : "Galidrel... Tu n'es pas au courant? Ne me dis pas que tu étais encore en Norfendre? C'est le cataclysme, la fin du monde "
Devant l'air interloqué de Galidrel et Décibell, il reprit : "Bon sang vous n'êtes pas au courant? Le monde est la proie de violents tremblements de terre auxquels les druides de Darnassius n'ont aucune réponse. Des prédicateurs prechent l'apocalypse et se sont infiltrés dans la cité. Mecka a été mandé par Shaw pour les infiltrer. Les mages de la tour se sont mis en relation avec des chamans suite à l'apparition de groupes d'élementaires. Et ce n'est pas tout..."
N'ayant pu terminer sa phrase il fut interrompu par un tremblement de terre violent. Altao arriva préciptemment et clama : "des elementaires dans la cité, il y a des élémentaires !"
Jief reprit alors : "oui des élementaires assaillisent la cité, la terre se fâche". Regardant le ciel assombrit, on entendit alors des clameurs alarmantes. Des citoyens couraient dans les rues, des gardes les rameuttaient vers différentes directions. "C'est le plan d'évacuation " reprit Jief, "Je dois vous laisser ici, je dois partir pour Forgefer, il semble que la capitale de Magni Barbe de Bronze subisse aussi ce genre de troubles, je vous laisse compagnons, nous nous reverrons..." Saisissant son paquetage, Jief courut alors en direction du quartier nain pour tout le laissait à croire le Tram des profondeurs.

Sortis de la cour d'entrainement, Altao, Decibell et Galidrel firent face à la panique dans Hurlevent. La pluie tombait drue, des élémentaires d'eau et de vent jaillissaient de failles et s'en prenaient à toute forme vivante qu'ils soient hommes, femmes, enfants ou gnomes, draneï, elfes nains ou hommes. De nombreux héros surgissaient de toute part de la cité pour apporter leur aide.

Le sang d'Altao ne fit qu'un tour et lui rappela les douloureux souvenirs de la chute de Gnomeregan. Il saisit alors ses haches et s'élança au secours des gardes en difficulté avec les élémentaires.
Galidrel lui tourna les talons et annonça qu'il allait voir si tout se passait bien au siège, mais fut rattrapé par Décibell au col de sa chemise : "non toi tu te défiles pas, tu viens avec nous..." et l'entraina dans la bataille. Galidrel était certes parfois craintif mais lancé dans une bataille, il s'en donnait à fond. Ses pognards volaient, entaillaient la résistance des élémentaires. Décibell lançaient des sorts, invoqua son armée des morts, Altao fit danser ses haches. Il fallu longtemps pour refermer les failles apparues dans chacun des quartiers.

La dernière faille fermée au port, les cris de victoire clamèrent de plus belle et se turent soudain au cri d'un homme : "Quelque chose arrive de la mer !" Tous se tournèrent vers la mer, les yeux scrutant au loin l'horizon. Une forme sombre tel un nuage noir arrivait à grande vitesse. Décibell tira alors Galidrel par le bras et lui dit : "Galidrel, toi qui voit loin, tu vois ce que c'est? " La forme arriva et la panique reprit : "un dragon, un dragon noir arrive... !"
"La mort" prononça Galidrel. En effet le jeune gnome croyait depuis toujours au retour des dragons noirs. Il saisit alors la main de Décibell et emmena la jeune gnome à travers les rues de hurlevent pour pénétrer dans le parc au moment où une boule de feu s'abattait sur le puits d'Elune, engendrant un ras de marrée de terre qui projeta et ensevli nos deux gnomes et tous ceux qui se trouvaient là.

Un cri terrifiant retentit puis plus rien.

Un main saisit la main de Galidrel et le tira de sa tombe. Le jour était là lumineux mais empli d'un brouillard de poussière. Décibell à côté toussotait. "j'ai eu du mal à vous trouver, j'ai crains le pire" s'exclama Altao l'air grave. Galidrel leva les yeux et vit son compagnon l'air errinté. Puis se retournant, il fit face à l'horreur, le parc n'était plus et fit place à un lieu dévasté. "Nous avons des nouvelles de tout Azeroth, les gnomes transmettent via les bogobox, IL est revenu et il lui aura fallu une nuit pour changer notre monde, des terres ont été dévastées, d'autres sont apparues. Dame Primrose, Oréfinger, Morwen, et d'autres gnomes hors de la Fondation mais alliés à notre cause... tous le confirment, le cataclysme est là. Levez vous, nous devons rallier Forgefer. Notre cité a été reprise depuis peu. Nous serons plus en sécurité là bas pour réfléchir à tout celà avec les autres gnomes. Galidrel, Thunder est à Forgefer et il nous recevra chez lui" termina Altao.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
altao
Membre
avatar

Nombre de messages : 125
Serveur wow : kirin thor
Classe : Berserker
Métiers : mineur forgeron
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: Cataclysme   Mer 13 Juil 2011 - 18:49

Sortant du tunnel du tram des profondeurs, Galidrel, Decibell et Altao constatèrent des dégats du cataclysme. En effet Hurlevent avait eu fort à subir mais la cité dans la montagne semblait être devenue un refuge pour nombre d’habitants. En effet, Forgefer étant installé à l’intérieur de la montage de Dun Morogh, elle était devenue une cité sûre par rapport à l’assault du dragon noir mais n’avait non plus été épargnée par les élementaires et autres adorateurs du culte.

A la sortie du tram les attendait un nain en armure, dont le visage ferme et parcouru de cicatrices inspirait le respect. Ses yeux glacés vous paraissaient en avoir vu plus que quiconque sur cette terre. Sa barbe orangée lui tombait à la ceinture. Galidrel l’aperçevant se rapprocha de lui. Thunder posa alors une main sur l’épaule du gnome qui fit de même et se saluèrent. Thunder voyant les blessures de son frère lui dit alors « Tu faisais partie des blessés de Hurlevent ? Nous avons eu des nouvelles de chacune des capitales mais pas ici… Nous en discuterons chez moi. Decibell, je suis content de te revoir, la Lame d’Ebene se mobilise pour ce combat. Mais avant tout suivez moi… »

Thunder emboita alors le pas au travers de la cité des nains suivi par nos trois gnomes aux visages encore blessés de la veille et aux vetements partiellement déchirés par endroits. Humains, nains, Gnomes, Elfes, Dranei couraient dans la cité. Des crieurs appelaient à la mobilisation. Des guildes se rassemblaient par endroits afin de distribuer à chacun des membres les ordres d’affectation. Sortis du grand hall d’entrée, nos aventuriers chaussèrent leurs étriers et galopèrent en direction de la sortie de Karanos où vivait Thunder.

Poussant la porte de chez lui, l’intérieur de sa maison rappelait le commun des masures naines à quelques différences prêt. La maison de pierre était dépourvue de fenêtre et ne possédait qu’une pièce centrale, la chambre étant au sous sol, ces deux pièces allimentées par la même cheminée. Le séjour de forme circulaireétait pourvue d’un grande peau de mamouth au sol, d’une table carré en chène accompagné de quatre chaises d’apparence robuste. Peu d’objets rappelant la jeunesse de thunder ornaient les murs si ce n’etait de vieilles gravures de sa vie parmi la Garde naine, de quelques compagnons. En effet, à sa mort, ses proches s’étaient débarassés de la plupart de leurs souvenirs afin de faire leur deuil. Quelques épées et boucliers, des haches, des trophés de bestiaux de Norfendre ornaient le reste de la pièce. La chambre de même forme que le séjour, elle, était accessible par un petit escalier en pierre. Elle etait pourvue d’un lit de deux places et d’un porte armure ainsi qu’une descente de lit de peau d’ours.

Thunder se dirigeant vers un meuble en sortit trois chopes et une pinte ainsi qu’un petit tonneau de bière. Il posa quelques fruits sur la table et invita les gnomes à prendre place et à se restaurer.

Le repas fini, nos héros rassasiés, Thunder assis sur sa chaise devant le feu crépitant de la cheminée, la pipe au bec commença son récit : « Depuis ce matin, des rapports arrivent de partout. Le barrage du Loch Modan a été rasé et une faille s’est creusée entre les terres du Loch et les terres ingrates dont les montagnes ont été dévastées. Auberdine a été détruite et Austrivage durant notre absence a été prise par les réprouvés. Le mur de Gilnéas est tombé. Les mille pointes sont submergées et la jungle de Strangleronce à subit un raz de marée. Nombreuses capitales mobilisent les guildes afin d’envoyer des émissaires en soutien. La peur a laissé place au chaos. Durant notre séjour en Norfendre nombre de territoires ont changés. Les forets d’Orneval sont chaque jour un peu plus conquises par la Horde. Trall a laissé son trone à Garrosh le chef de guerre violent. D’autre part, de nouvelles terres sont apparues. Au loin de Hurlevent, nous avons eu vent de navires attaqués par des nagas. Le sanctuaire de Hyjal est en proie aux sectateurs du culte. Les hautes montage du Sud de Tanaris ont entrouvert un chemin vers Uldum et nous avons reçu un appel des nains vivant dans les terres non loin de Grim Batol. Voilà en quelques mots la situation. »

Le silence se fit et l’inquietude de chacun des gnomes en était presque palpable.
Thunder aspirant une nouvelle bouchée de sa pipe reprit le récit :
« Ce matin je me suis rendu auprès de la Gnomes Inc afin de les informer de votre venue. En passant par là, j’ai récupéré les ordres d’affectations. De mon coté, j’ai mobilisé Sélénium et nous partons chacun en renforts. Pour ma part et en accord avec mes supérieurs de la Lame d’Ebene, je pars pour Vash Yr. De son côté Décibell sera affectée en Hyjal – lui remettant un parchemin – Altao, avec moi. Et enfin Galidrel en Hyjal. Voilà nous avons chacun nos ordres d’affectations et devons nous y rendre au plus vite. Altao et moi partiront dans la nuit pour rallier Hurlevent. Galidrel, Décibell, je vous laisse les clés de ma maison. Laissez les à l’auberge au tavernier. Il a l’habitude. En tout cas, en attendant, lavez vous, reposez vous. Demain est un autre jour… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
altao
Membre
avatar

Nombre de messages : 125
Serveur wow : kirin thor
Classe : Berserker
Métiers : mineur forgeron
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: Cataclysme   Jeu 14 Juil 2011 - 4:21

En route pour Vashy'r



Tandis que le soleil se levait sur le port, des troupes se rassemblaient sur le ponton pour se préparer au départ pour la nouvelle terre de Vashy'r. La tension était palpable chez les soldats, l'inquiétude se lisait sur le visage des plus jeunes. Deux silhouettes apparurent alors sur le chemin. Thunder accompagné d'Altao, tout deux en armures, armes à la main arrivèrent devant les troupes.
Thunder cria alors aux soldats de taire leurs jérémiades et quémanda l'officier de pont : "Je suis Thunder, chevalier et représentant de la Lame d'Ebene, où se trouve votre officier? "
Derrière lui prôna une voix ferme et assurée : " Ca suffit soldats, préparez vous. Dans moins d'une heure, nous tuons des orcs !!"
Thunder se retournant devant l'individu lui demanda alors s'il était l'officier chargé de ce régiment. Celui-ci acquiesçant, Thunder lui présenta son ordre de mission. Les yeux de l'homme s'écarquillèrent et se mit au garde à vous: " seigneur Thunder..."
Le nain reprit alors d'une voix grave : " J'imagine que nous faisons partie des premiers régiments, combien de flottes sont parties depuis cette heure? Avons nous des nouvelles des troupes au front? Comment avance l'offensive? "
L'officier balbutiant quelques mots, Thunder reprit : " Bon il semblerait que nous soyons dans le brouillard total" et souriant au gnome qui esquièçant un sourire enserrait sa hache plus fermement et "Ce n'en sera que la surprise mon jeune ami"

Une cloche sonnant, les soldats tournèrent la tête pour voir non loin le navire de transport arriver.
L'officier se retournant vers ses hommes leur cria alors "Écoutez moi, notre transport devrait bientôt être là. En rangs !! "
Dès lors la panique fit place à l'ordre et chacun des soldats commencèrent à se mettre en file indienne.

Le bateau à quai, l'officier reprit : Très bien messieurs, en avant". Le bruit des pas se faisait lourd et entendre. La marche militaire vers l'inconnu.

Un marin ayent l'accent d'un homme ivre commença alors à leur expliquer que ce navire avait été réquisitionné afin d'emmener ces troupes loin en mer afin d'apporter de nouvelles forces à l'alliance dans leur petite brouille contre les gars de la horde.

Nos deux héros montèrent à leur tour et s'exclurent des rangs s'adossant contre un des bords du navire. " Regardes bien si tu as pris tout ce qu'il te fallait Altao, coutelas, pansements, et tout et tout" reprit Thunder. "Il se peut que nous ne revenions pas de sitôt en une capitale de l'Alliance avant un bon moment".
Altao regardant le nain lui demanda : "et vous Thunder, avez vous tout?"
Thunder le regarda avec un sourire et sortit une bouteille de sa besace : " j'ai tout !! même la bière " et il éclata de rire.

Le navire quittant le quai et prenant la direction du large, nos deux compères en profitèrent pour piquer un somme d'un demi œil afin de rester vigilant face à tout incident qui pourrait survenir en mer, tandis que les troupes relâchaient leur angoisse en se moquant d'un fou nommé Bud.

Tout à coups ils furent sortis de leur repos par des cris sur le navire. Thunder se leva, attrapa un marin par le bras et lui demanda ce qu'il se passait ce à quoi ce dernier répondit que le dénommé Bud s'était jeté tout à coup à l'eau. Thunder se rendit alors à l'autre bord du navire et chercha dans l'eau une trace du disparu : "nom d'une pinte, je ne le vois pas, quelle mouche l'a piqué? "
La voix de l'officier se fit entendre d'un ton cynique "Ces civils..."
Le sang de Thunder ne fit qu'un tour. Attrapant l'officier de sa poigne de mort et le suspendant dans les airs devant les mines terrifiées des soldats, il lui dit alors menaçant, ses yeux bleutés comme jamais auparavant : "ces civils comme vous dites prennent déjà des risques pour nous emmener là où nous devons nous rendre, je vous prierai officier de vous souvenir de ça !!"
Relâchant son sort, il hurla au capitaine de stopper le navire et de rabattre les voiles afin que l'on puisse voir s'il était possible de retrouver Bud.

Les recherches ayant duré une bonne heure et ayant fait chou blanc, Le navire reprit sa route vers sa destinée.

Altao avait souvent entendu Galidrel parler de Thunder et comprit d'où lui venait le respect qu'il arborait à parler de son demi-frère. Thunder semblait être un nain intègre et droit, un nain qui inspirait le respect de part sa stature et de son comportement : "Allons mon ami, il nous reste du trajet à faire vers notre destination. Reposons nous. Nous n'en aurons peut être pas l'occasion sur le front..."

Le voyage dura deux jours. Quant au deuxième jour en milieu d'après midi, la voix de l'officier s'écria : "En rangs messieurs. Cette ile sur l'horizon, est notre destination. C'est là que nous ferons notre devoir. Pour notre roi, Pour Hurlevent." Et regardant Thunder, "Et pour son peuple. Chaque orcs que vous pourrez tuer, leur fera honneur et fera honneur à tous les soldats qui vous ont précédé. Hurlenfer a envoyé la crème de son armée pour prendre cette ile, nous ferons en sorte, qu'ils y restent tous !! Bientôt Hurlenfer apprendra ce que Thrall n'a pas su lui enseigner !! HURLEVENT NE TOMBERA JAMAIS !! Et maintenant préparez vous, nous allons toucher terre..." Les soldats ravivés par ces paroles acclamèrent leur officier.

C'est alors qu'un des marins s'écria : "Capitaine, épave à tribord. On dirait qu'il y a des survivants..." Thunder, Altao, des soldats et des marins se penchèrent à l'autre bord et firent la découverte d'une coque de navire retournée et de quatre individus sur son dessus. C'est alors que se produisit un choc étrange au niveau de la coque du navire sur lequel était nos deux compères. Un choc comme si quelque chose était entré en collision. Puis le navire commença à pencher d'un coté, puis de l'autre. Des cris paniqués, Thunder se colla contre le mur de la cabine et serra sa hache tandis qu'Altao en fessait de même. C'est alors que de l'eau surgirent d'énormes tentacules attrapant les passagers et les jetant à la mer. Altao fut saisi par l'une d'elle et tandis qu'elle commençait à le faire tournoyer, il vit Thunder bondir sur celle-ci, hache à la main afin de venir aider son compagnon. Peine perdue car une seconde tentacule frappa alors Thunder l'envoyant valser à quelques jets plus loin. La tentacule relâcha alors Altao qui alla s'écraser contre l'eau violemment, le choc le faisant s'évanouir et couler...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
altao
Membre
avatar

Nombre de messages : 125
Serveur wow : kirin thor
Classe : Berserker
Métiers : mineur forgeron
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: Cataclysme   Jeu 29 Nov 2012 - 20:01

Chroniques de Décibell et Galidrel

(en cours de correction)



« Enfin !! Nous sommes enfin arrivés et ce n’est pas particulièrement grâce à toi » ronchonna la petite gnome. « Nous faire traverser le Loch, les terres ingrates, les gorges des vents brulants, les steppes, les carmines, les bois de la pénombre, Strangleronce alors qu’il aurait été plus aisé de prendre le tram des profondeurs, rejoindre Storm Wind, et descendre jusqu’à notre destination ; et de plus mettre tes erreurs sur le coup d’une boussole défaillante et soi-disant de fabrication gobeline, là ça a été la goutte faisant déborder la pinte !! »

En face de Décibell, le petit gnome barbu tenta de se justifier : « je t’assure que c’est une boussole gobeline et puis on a vu du paysage… »



Galidrel avait hélas tenté sa chance à maintes et maintes reprises, depuis le départ de Thunder et Altao, de se faire la malle. Au loch, il avait tenté de faire croire à sa compagne que puisqu’une faille était présente, ils ne pouvaient traverser le chemin pour se rendre aux terres ingrates. Il avait même évoqué le fait que suite au cataclysme, le tram pourrait s’avérer avoir des pannes régulières et donc n’était pas empruntable. Dans les terres ingrates, il avait tenté une nuit de fuir en se camouflant. Il fit hélas la bêtise de marcher sur la queue d’un félin qui alerta Décibell. Il tenta de lui expliquer qu’il craignait une embuscade de sombrefers et était parti en reconnaissance. Dans les gorges des vents brulants, il tenta de faire croire à Decibell qu’il avait perdu sa boussole et que les sombrefers devaient l’avoir alors. Ils durent frapper nombre de sombrefers pour que Galidrel la retrouve finalement au fond de son sac. Arrivé dans les steppes, Galidrel ne trouva rien de mieux que d’insulter un orc de Rochenoire afin de pouvoir avoir le plaisir qu’ils barrent le passage à notre petit groupe d’aventuriers. Peine perdue, Décibell invoqua les morts qui l’aidèrent à briser le barrage. Arrivé aux Carmines, Galidrel voyant un contremaitre coincé sous un rocher, voulut repartir a Gnomeregan aller chercher des explosifs. Décibell, captura un géant à coups de masse et lui fit retirer le rocher. Dans les bois de la pénombre, Galidrel se taillada le bras et cria qu’il s’était fait mordre. Décibell alla voir une rebouteuse qui lui assura du contraire.

Et aujourd’hui, nos deux compères étaient enfin arrivés à Baie du Butin.



Quelle ne fut leur surprise de découvrir le repaire sans dessus dessous. Attrapant un passant au passage, ils lui demandèrent ce qui c’était passé : « Il y a plusieurs nuits, un cri terrifiant a empli la nuit, les animaux étaient affolés, la terre trembla. Plusieurs d’entre nous scrutâmes l’horizon et nous vîmes une lueur rouge sur l’eau, puis le port se vida de son eau qui se retira jusqu’au-delà de la statue. Alors nous entendîmes un grondement et un raz de marée nous arriva dessus et nous submergea. Nous eûmes juste le temps de nous abriter dans les abris. Hélas nombre d’entre nous périrs emportés par la mer, d’autres par le choc des navires s’écrasant contre la cité… » Le gobelin s’effondra alors en larmes.

Décibell saisit le bras de Galidrel contemplant encore avec effroi le désastre, et l’emmena plus loin : « Allons à l’auberge nous reposer, j’ai entendu un marin affirmer qu’une traversée vers Kalimdor aurait lieu demain ».



L’auberge était peuplée de monde et toutes les races y étaient présentes, orcs, taurens, nains, humains… contrebandiers, mercenaires, pirates, marchands…C’était une auberge faite de bois, sur plusieurs étages. Le plancher grinçait et l’on craignait souvent qu’il ne s’effondre sous le poids d’un tauren. A l’étage les filles de passe haranguaient les clients. Au comptoir, un paladin comptait fleurette à une druidesse sous le regard furieux de deux membres de sa race : « Sarei, cet humain n’en a que faire de toi, tu n’es ni plus ni moins intéressante comparée à sa soi-disant lumière ». Les deux gnomes s’installèrent discrètement à une table, mais très vite Galidrel se sentit mal à l’aise. Décibell, lui demandant ce qui se passa il lui répondit qu’il sentait un regard lourd peser sur lui.

Quelqu’un s’écria alors : « La Fondation des gnomes n’a aucun droit de venir en ces lieux !! » L’individu se tenait à l’entrée de la taverne et était un gobelin au rictus menaçant. « Gigaz, viens voir donc par ici, ne serait-ce par notre ami Galidrel venu nous régler son ardoise des combats de murlocks d’il y a 2 ans ? Il ressemble fortement à l’avis de recherche de Sardoz tu ne trouves pas ? «



Un gobelin sur la passerelle à l’étage menant aux chambres passa sa tête et scruta la pièce « Edwin, en effet c’est ce bon vieux Galidrel, j’appelle les gars… »



Devant l’œil inquisiteur de Décibell, Galidrel murmura à cette première « Ce n’est pas ce que tu crois, j’étais venu avec ton père, nous avions joué et nous nous sommes disputés sur les gains d’une victoire avec un certain Sardoz qui contesta notre pari et réclama nos gains. Ton père régla l’affaire à sa manière et nous nous quittâmes sur ces termes » puis répliquant à ses accusateurs l’air soudain devenu menaçant, ses dagues sorties : « venez donc y gouter, et appelez Sardoz en même temps que je lui coupe sa seconde oreille… »

Un coup de feu retentit et stoppa tout le monde net. Dans un coin de la pièce où la lumière des bougies peinait à arriver se peignait une silhouette sombre. D’une voix rauque et posée, l’inconnu s’exclama tranquillement : « Altoran, Kaldéron, laissez donc Tarzeus et Sarei conter fleurette s’ils le désirent. Et si Tarz’ entache la vertu de Sarei, vous n’aurez alors qu’à en découdre avec lui. J’en ai assez d’entendre vos jérémiades… Erèbe, ma belle, ressers moi une pinte, mon gosier est sec… »



Gigaz suivit de deux gobelins s’avança vers la table de l’homme en noir.

On ne distinguait de lui que son arme levée vers le plafond et un chapeau lui couvrait le visage. Seuls semblaient apparaitre des yeux rouges perçants tel un démon. « Comment oses tu nous déranger en pleine discussion humain, tu mériterais que l’on te rosse un peu, histoire que tu comprennes chez qui tu es… »



Ses seconds n’eurent pas le temps de faire un pas qu’ils furent projetés en arrière heurtant violemment les tables. Les clients s’étaient tus. Gigaz se retournant vit ses seconds entoilés et ne put avoir la possibilité de battre en retraite, hélas saisi fortement et vivement par le bras de l’inconnu au col de son armure. Entendant le plafond grincer, il leva les yeux et fit face avec horreur à huit yeux globuleux le fixant, une tarentule de la taille d’un nain sortant des ténèbres… Edwin se précipitant pour aider son compère heurta de pleine face la table que l’inconnu avait renversé du pied et projeté à son tour. Puis d’un geste du bras envoya valser Gigaz dans un autre coin de la pièce.

« Gigaz Mainsanglante, mercenaire, truand, esclavagiste, 50 pièces d’or de récompense et Edwin bombaressort, l’ingénieur diabolique, 60 pièces d’or… Quelle déveine pour vous d’être tombé sous mes griffes… »



La stature de l’inconnu se tordit violemment, il prit en carrure, des mains firent place à des griffes acérées, son visage à un museau pourvu d’une gueule aux crocs menaçants. L’humain qui semblait se terrer dans les ténèbres laissa place à un worgen à l’air menaçant.

Les deux gobelins tentèrent de fuir mais furent aussi projetés dans les tables par les jets de toile de la tarentule. Le worgen s’approcha alors deux, leva son fusil et les assomma alors de sa crosse.



« Kaldéron, Altoran, emmenez les aux cogneurs qu’ils me donnent la prime pour ces deux-là avant que nous partions pour Kalimdor. 111 pièces d’or, je ne vais pas cracher dessus…A boire pour Sélénium, tavernier ou il t'en coutera ton auberge »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
altao
Membre
avatar

Nombre de messages : 125
Serveur wow : kirin thor
Classe : Berserker
Métiers : mineur forgeron
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: (chapitre 5) A l’assaut de Vashj’ir    Mer 22 Juin 2016 - 2:24

(chapitre 4) A l’assaut de Vashj’ir (chroniques d’Altao et de Lennforge)

Cela faisait maintenant plusieurs jours qu'Altao errait dans Vash'Yr. Sans ses nagas, sortes de sirenes maléfiques, sans ses requins aux dents acérées et ses gloubelins, le fond de l'océan apparaissait tel un paradis. Des forêts d'algues et de coraux denses par endroits faisaient penser à des forêts et moins denses à des bosquets comme à Elwynn. L'eau était chaude et étonnamment, on pouvait voir tout autour de soi. La lumière provenant de la surface éclairait cet autre monde. Et pourtant, nous étions très loin au dessous de la surface. Au loin, d'anciennes ruines nagas, recouvertes de mousse marine, de coquillages et d'algues. Des poissons de toute les couleurs sillonnaient dans l'eau.

Quelques tortues de mer nageaient non loin du sable. Vashj'ir, le monde Neptulon le dieu des Océans...Vashj'ir le monde d'en dessous de la surface, était un endroit fort apaisant en un sens.
 
"Altao, qu'est ce que tu fais? On ne peut rester là plus longtemps, on est en territoire nagas et je t'avouerais que je préfère ne pas finir dans la gueule d'un de leur requin. C'est que ça doit bouloter un gnome en moins de deux ça comme un gateau..."

Altao chassé de ses pensées, se retourna vers le gnome qui l'interpellait.  

"Je sais Lennforge, mais franchement qui aurait pu croire que nous, gnomes, aurions pu un jour, marcher en ces lieux"

Car en effet, ils ne nageaient point en ces lieux. Ils se déplaçaient d'un pas allégé ou flottillant. C'est assez dur à expliquer pour des esprits étroits autres que les gnomes pour qui le terme de génie scientifique est encore au delà de leur génie estimé. Vous voyez? Vous aussi vous ne vous en rendez pas compte. Et puis, il faut vivre cette expérience pour vraiment la comprendre. Peut-être était ce dû au sortilège que le chaman leur avait prodigué après l'attaque du monstre des profondeurs, quelques jours auparavant. Il leur avait insufflé une bulle d'air magique, voyez vous. Peut-être cela avait il eu comme effet secondaire de les rendre plus léger. Une erreur dans le dosage de l'air peut-être. C'est que toute cette sorcellerie, ce n'est pas de ingénierie, c'est incertain et complètement non scientifique. Quoique me direz vous, les Gobelins font aussi de ingénierie mais ça ne sert à rien et ça a toutes les chances d'échouer. Rien à voir avec la science gnome.  

"Altao, je ne suis pas rassuré, terminons cette mission et rejoignons le gros de nos forces. "

Lennforge était un gnome de la Cité du Savoir, Dalaran. Avec peu de cheveux sur le crane et son air toujours jovial, ce gnome déjà très âgé faisait fuir toutes les gnomettes et elfettes qu'il croisait, qui criaient au pervers quand il leur adressait la parole. Il lui arrivait même d'en jouer pour amuser la galerie de ses compagnons d'armes. Mais à coté de cela, Lennforge était un gnome au grand savoir. Il avait voyagé partout depuis la chute de Gnomeregan. Quand leur cité était encore habitée, il était un de ces êtres qui recensait les inventions de chacun dans un grand grimoire ; de la plus inutile à la plus grandiose, un moyen de conserver le savoir du génie gnome. Et après la chute de leur cité, il avait fui à la découverte du monde pour trouver une solution aux radiations qui avaient envahi leur domicile. Il portait dans son dos un grand et volumineux grimoire dans lequel il recensait toutes sortes de sorts de Magister. Des sorts pour bruler ses adversaires, pour les congeler, les métamorphoser en toutes sortes de bestioles, pour invoquer de la nourriture, pour invoquer de l'eau, pour faire apparaitre des fleurs... Du plus utile au plus n'importe quoi et vice versa. Souvent, Altao lui demandait de lui prêter son grimoire pour qu'il s'en serve comme bouclier. Lenn le regardait alors avec des yeux furibonds clamant que cela était impensable et que cet ouvrage était plus important que la vie de son compagnon. Altao ne lui en voulait pas de ses réactions. D'une part, il cherchait la taquinerie et d'autre part, il est vrai que pour un mage, ses sorts sont sa seule arme.  

Lennforge sortit une carte de sa robe et la déplia "C'est ici que je pense que les nagas retiennent leurs prisonniers"

Altao se pencha sur la carte et scruta l'emplacement que l'index de son compagnon pointait, tout en caressant sa barbe.   "Prenons nos hyppocampes et allons y Lenn. On ne peut les laisser plus longtemps entre leurs nageoires. Si on continue de perdre des troupes, jamais nous ne pourrons atteindre le palais de Neptulon".  

Se détournant de Lennforge, Altao fit quelques pas plus loin et brandit son épée.   "Escouade, il est temps de partir délivrer nos compagnons."  

Se retournant et pointant sa lame vers les ruines sous marines majestueuses, il continua de s'exclamer :   "Là bas, dans ces ruines antiques rodent nos ennemis. Ce n'est pas une petite escouade comme la notre mais une armée que nous ont signalé nos éclaireurs. Qui de plus est, ils sont chez eux !! Nous n'avons pas l'avantage. Toutefois, nous avons notre courage, notre honneur et notre bravoure !! Force et courage mes amis, et pour l'Alliance !!"

En contrebas de la position d'Altao se tenait une petite escouade de quinze hommes qui clamaient à leur tour pour l'alliance.  
Altao rengaina son épée, ajusta son armure et porta son casque à sa tête. Là, le Sang d'Acier était prêt à en découdre et malheur à ses ennemis.

Il se tourna vers lennforge, le salua de la tête et prit les rênes de sa monture.  
"Je te laisse en arrière mon ami. Protèges et coordonnes l'arrière garde comme nous en avons convenu. Pour l'Alliance et pour Gnomeregan !! Soldats, en avant !! Suivez moi !!"
"Pour Gnomeregan", lui retourna Lennforge qui déjà s'empressait de rallier ses troupes.


Dernière édition par ohnii le Mer 22 Juin 2016 - 2:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
altao
Membre
avatar

Nombre de messages : 125
Serveur wow : kirin thor
Classe : Berserker
Métiers : mineur forgeron
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: Cataclysme   Mer 22 Juin 2016 - 2:30

(Chapitre 5) Selenium (chroniques de Décibell, Galidrel et de la guilde Selenium)

L'ambiance de la taverne de Baie du Butin avait repris son cours malgré quelques chaises cassées et tables renversées. L'alcool coulait de nouveau à flot, les marins au comptoir discutaient bruyamment de leurs aventures en mer, les femmes à matelots emmenaient leurs conquêtes à la bourse d'or pleine pleine à l'étage afin de les alléger de quelques pièces de part leurs charmes, des gobelins discutaient, ricanants, de paris sur des combats de murlocks et dans le coin de la salle étaient assis à une table deux gnomes et cet être ténébreux encore sous sa forme de worgen.

"Alors mes petits gnomes, qu'est ce que vous foutez là. C'est que vous ne semblez pas spécialement à votre place ici"Altøran souriait d'un rictus arrogant qui dévoilait des crocs acérés, ses yeux dans les ténèbres luisaient d'une lueur rougeâtre à faire pâlir de peur qui croiserait son regard, le poil de l'homme bête était hirsute et sale, une vrai bête à en faire frémir quiconque tenterait encore de semer le trouble. De sa poigne aux griffes acérées, il saisit fermement une pinte de whisky qu'il avala d'une traite et reposa bruyamment sur la table devant un sac généreux contenant 111 pièces d'or.

Galidrel regardait tantôt à droite et tantôt à gauche sans oser fixer son interlocuteur, semblant chercher un moyen de quitter ce repère de brigands de la pire espèce. S'il avait pu, il aurait pris les jambes à son cou. Décibell, quant à elle, regardait amusée et sans peur l'animal qui lui faisait face, de son regard froid et mort des chevaliers de la Lame d'Ebene : "Nous cherchons un navire pour nous embarquer pour Kalimdor. Nous partons pour Reflet de Lune suite aux évènements tragiques qui se sont déroulés à Hurlevent il y a quelques jours. Nous avons été missionnés pour découvrir ce qu'il se passait..." Décibell quant à Galidrell qui n'en menait pas large, ne semblait aucunement craindre la bête.

Altøran éclata d'un rire bruyant si bien que l'ambiance de la taverne se tût un instant : "et quel fou, missionnerait deux petites choses telles que vous pour une si importante quête. Vous ne devriez pas être plutôt dans un de vos laboratoires à concocter je ne sais quoi d'insignifiant? " Galidrel semblait de plus en plus paniqué tandis que Décibell gardant son sang froid répondait à l’intéressé : "l'un de nos compagnons, mais il me semble que vous le connaissez bien puisque vos armoiries sont les siennes."

Altøran jeta un bref regard sur son brassard portant un symbole ancien de trois anneaux entrelacés et revint vers la petite gnome. L'arrogance avait quitté la table et l'intérêt était venu prendre sa place. Il regarda de nouveau la gnome cette fois ci d'un air interloqué ce à quoi la petite gnome en armure répondait : "Nous avons croisé Thunder, qui si je ne me trompes pas, est le chef de votre bande de braillards. Vous savez, ce nain avec ce même regard que le mien. L'un des derniers vestiges du roi Liche. Un de ses régicides parmi tous les rescapés de la Lame d'Ebene. Ce nain bourru à la barbe brune qui porte deux haches acérées. Ce même nain toujours prêt à rire et à partager avec ses compagnons comme se jeter dans la bataille pour terrasser ses ennemis".

Sur ces dernières paroles, Altøran éclata d'un rire puissant, dévoilant ses puissants crocs, si bien que le barman commença à chercher un lieu où se réfugier craignant une nouvelle altercation. A l'étage, l'on entendait déjà des portes se verrouiller à clé, les filles de joie et leurs clients se mettant à l'abri. Les gobelins se dirigeaient déjà vers la porte de sortie prêts à décamper à tout instant. Seuls les troupes de Sélénium restaient impassibles. Tarzeus, fumant une longue pipe, était penché au balcon à l'étage, regardant le rez de chaussée de la taverne de manière impassible. Altoran, Kaldéron et Sarei poursuivaient leur conversation dans un coin à l'étage comme si de rien n'était. Erebe accoudée au comptoir regardait la scène comme si de rien n'était. "Thunder, vous connaissez Thunder !!" Altøran frappa ses paumes sur la table et se redressa de toute sa taille monstrueuse, recula de la table... et s'inclina d'une révérence devant les gnomes. Se redressant devant Décibell impassible et Galidrel tremblant à la limite de l'évanouissement, lisant la véracité de leurs propos dans leurs regards, il reprit : "Thunder... Eh bien petits êtres, Sélénium est à votre service si vous quémandez son aide. Nous serons fiers de vous accompagner et de vous aider dans votre tâche".

Le worgen avait repris son air bestial emprunt d'arrogance. "Laissez moi nous présenter. Pour ma part, je me nomme Altøran, bras droit de Thunder, chasseur de primes et mercenaire originaire de Gilnéas." Désignant sa tarentule au plafond et son arc posé à coté de lui, "comme vous le voyez je suis un chasseur est fortement improbable que je ne rate ma proie et surtout si c'est l'un des sbires de Sylvanas". Sur ces derniers mots, Altøran serra les points et cracha de dégout au sol. Puis il reprit les présentations. "Là haut, à la balustrade, c'est notre vertueux Paladin d'Hurlevent, Tarz ou plutôt Tarzeus. Enfin, vertueux, c'est vite dit !! C'est pas une lumière en tout cas. Mais au combat, vous ne trouverez meilleur paladin à des lieux à la ronde pour vous protéger de son bouclier". En haut l'humain toujours la pipe au bec et d'un air absent salua d'un geste rapide le petit groupe. Tarzeus était un humain de carrure assez imposante. Il allait sans dire qu'il devait porter sous sa cape, son armure. A son dos trônait un bouclier pour le moins imposant. Il arborait une barbe mal rasée et des cheveux noirs lui tombaient jusqu'aux épaules. "Toujours là haut, nos trois amis druides de Darnassius. Kaldéron, c'est celui aux cheveux verts clairs. C'est l'un des plus vieux frère d'armes de notre commandant. Il est en charge de notre survie lors de nos combats tout comme Sareï, la belle plante qui se fait toute discrète dans son coin". A cette dernière phrase, l’intéressée rougit et jeta un regard furibond au worgen, tandis qu'un petit sourire venait éclairer le visage de Tarz. Kaldéron portait une longue robe de rituel et tenait en main droite un bâton de grande taille couvert de runes. En effet il arborait une moustache fine et des cheveux longs qui lui descendaient jusqu'aux omoplates aux couleurs des feuilles d'une forêt en plein printemps. Il portait un regard et un visage sérieux et ferme sur l'assemblée. Sareï était d'une silhouette fine telle une brindille. Elle semblait d'apparence fragile et il était surprenant de penser qu'elle savait se battre. Elle avait un visage fin et des yeux qui témoignaient d'une grande douceur. Ses cheveux d'un vert plus foncé ressemblant aux couleurs d'une mousse encore humide après une pluie étaient tressés en longue natte et lui descendaient jusqu'au bas du dos. Elle portait une longue robe de couleur marron et des épaulières aux formes de corbeau, une masse à la ceinture. "A côté de ceux là, Altoran ou Alto. On l'appelle plus souvent Alto pour nous différencier car nous portons le même nom. Druide et changeur de forme. Contrairement à Kaldéron et Sareï, il est plus de type offensif et à choisir une forme animale qui lui permettra de lacérer ses proies." Altoran portait un casque fait de bois, tout comme ses épaulières, qui ne laissait entrevoir que ses lèvres à l'air grave et son menton. Il portait une longue robe bleuté et dorée, un long bâton à son dos et une masse à sa ceinture. Ses cheveux qui comme Kaldéron lui descendaient jusqu'aux omoplates étaient plus d'un bleu turquoise comme l'océan. Les trois elfes sylvains à leur tour saluèrent le petit groupe d'un petit geste de la tête. "Et enfin Erebe qui est accoudée au bar, notre autre paladine de Hurlevent. Ne vous fiez pas à son air charmeuse car se cache derrière une vraie combattante qui n'hésitera pas à vous pourfendre de sa lame si vous osez salir la Lumière." Erebe était d'une silhouette fine comme Sareï, et arborait une coupe de cheveux coupés courts et malgré tout très féminine aux couleurs des champs de blé du royaume des Marches de l'Ouest. A l'annonce de son nom, un petit sourire se dessina sur son visage mais ne salua aucunement le petit groupe, continuant de fixer sa pinte de vin. De sa cape dépassait un fourreau dont il semblait émaner en son intérieur et à travers son cuir, d'une certaine luminescence.

La taverne s'était tue depuis le début de la tirade du worgen. Les regards de Décibell et Galidrel valsaient se dirigeant tour à tour vers les membres qu'on leur présentait.
"Voilà petites gens, qui sont les membres de Sélénium. Nous sommes des aventuriers d'horizons différents avec chacun nos histoires et nos objectifs propres et communs. Nous nous sommes retrouvés ensemble au gré de nos aventures, de nos combats pour avancer d'un pas groupé vers des aventures plus grande. Nous aurions pu rester seuls à mener nos aventures mais il est plus sûr de se retrouver dos à dos avec un frère d'armes lors d'un combat qui vous met en difficulté. Il est plus chaleureux de se retrouver autour d'une bonne bouteille à plusieurs autour d'un feu de camp après une belle aventure que de se la vider seul. Nous sommes des frères d'armes que rien ne pourra arrêter tant que nous sommes ensemble. Voilà ce qu'est Sélénium, compères...Et si nous pouvons vous aider, notre bras est votre, notre arme, notre bravoure, notre honneur, tout cela est à votre service. "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Cataclysme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Préparer son rp pour cataclysme] quelques conseils
» [Gros spoils] L'approche de Cataclysme
» changement a cataclysme...
» A Feu et à Sang [Cataclysme] ( A faire vivre )
» Jouer autour du cataclysme. Reflexions diverses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gnomes Inc. :: Bibliothèque - Jeux de rôle :: Histoires-
Sauter vers: